IX Jacques Séjournet

ponthieu,van der maer,vandermaer1.1.4.6.14.6.4.6.9 | Jacques Séjournet, ° Blicquy 29 mai 1661, † 17 juin 1730, inh. à Blicquy, seigneur du Quesnoit, et après le décès de son frère aîné Charles, seigneur de Cantaraine. Suivant on épitaphe, qui mentionne aussi deux de ses enfants, il est dit également seigneur de Gages : "Cy devant est inhumé le corps de Jacques Séjournet escuyer seigneur de Cantaraine, Quesnoit, Gages et autres lieux, mort le 17 juin 1730, et de dame Elisabeth Ponthieu, son épouse, terminée le 22 de septembre 1723; et de demoiselle Marie Anne Josèphe, leur fille aînée, décédée, le 2 de novembre 1748; et de Jacques Florent Joseph, escuyer, seigneur de Cantaraine etc. - trépassé le 18 de septembre 1759, leurs enfants, morts tous les deux en célibat", 

x Ath (Saint-Julien) 26 avril 1692 Elisabeth Ponthieu ( tome 4 | Ancêtreclopédie 513), ° Ath, † 22 septembre 1723, issue d’une famille originaire de Picardie, qui s’établit à Ath au 16ème siècle. Elle était la soeur d'Agnès, épouse d'Eloi Ménage, docteur en médecine; Jacques Séjournet assista à ce titre, le 13 novembre 1719, au contrat de mariage d'Isabelle Ménage, sa nièce par alliance, avec Thomas Dessus le Moustier, seigneur de Broeucq. Armes : d'or à trois bandes de gueules. Ils eurent dix enfants, dont Louis-Philippe, qui suit X.

1.1.4.6.14.6.4.6.9.1 | Marie-Anne-Joseph Séjournet, ° Ath « le 23 may 1693, entre 8 et 9 heures du matin, et baptisée à Saint-Julien le même jour » (susc. le sieur Charles-François Séjournet, son oncle, et damoiselle Anne Godefroit, mère à la dite demoiselle Ponthieu, fille de Barbe Rusette, d'Acre), † 2 novembre 1747 (cette date est celle du livre de raison, à comparer avec celle de son épitaphe). Elle fut confirmée à Leuze par Monseigneur de la Mothe Fénelon, archevêque de Cambrai, le 30 novembre 1699, et vécu en fille dévote.

1.1.4.6.14.6.4.6.9.2 | Jacques-Florent-Joseph Séjournet, ° Ath 27 janvier 1696, « entre huit et neuf heures du matin », bp. à Saint-Julien (susc. : le sieur Florent Wallet, et demoiselle Angeline Séjournet), † 18 septembre 1759, inh. à Blicquy. Ecuyer, il fut seigneur de Cantaraine et du Quesnoit, sans alliance.

1.1.4.6.14.6.4.6.9.3 | Louis-Philippe-Joseph Séjournet , qui suit X

1.1.4.6.14.6.4.6.9.4 | Marie-Lembertine Séjournet, ° Blicquy 7 janvier 1700 (susc. : Jean-Baptiste Ponthieu, et Lembertinne Bonnier, † 3 mars 1714, inh. à Saint-Julien à Ath au choeur.

1.1.4.6.14.6.4.6.9.5 | Marie-Catherine-Joseph Séjournet, ° Blicquy 28 d'octobre 1701 « dans la maison du Quesnoy, sur les onze heures et demie du matin, y baptisée le lendemain » (susc. : le sieur George Van Rode, seigneur de l'Hove, et noble Dame Marie Catherine Franeau, dame de Moulbaix), † 23 juin 1710, inh. à Saint-Julien, proche de Jean Séjournet.

1.1.4.6.14.6.4.6.9.6 | Marie-Isabelle-Joseph Séjournet, ° Blicquy « 12 décembre 1702, à trois heures du matin », et baptisée à Blicquy » (susc. : le Sr Pierre-Paul Bonnier, pasteur d'Aubechies, et Marie-Isabelle-Josèphe Ménage), x Blicquy 4 février 1744 (suivant l’acte de mariage) Louis-Philippe-François Van der Maer, † Blicquy 12 octobre 1748 à 31 ans, s.p., fils d'Ernest, escuyer, conseiller du Roi et grand Prévôt de Lille, et d'Antoinette-Françoise d'Ancoisne, dit le Cocq.

1.1.4.6.14.6.4.6.9.7 | Jean-Baptiste-Joseph Séjournet, ° Blicquy « 13 novembre à 9 heures du soir », et y bp. 14 novembre 1704 (susc. : Jacques-Joseph Ménage et Mariane-Joseph Séjournet. Il fut prêtre à la Trinité, l'an 1731.

1.1.4.6.14.6.4.6.9.8 | Marie-Louise Séjournet, ° Ath 24 août 1707, « entre huit et neuf heures du soir », bp. le lendemain à Saint-Julien (susc. : le sieur Jean-Baptiste Surquin, pasteur de Tourpe, et Marie-Lambertine Séjournet, sa sœur). Elle se fit religieuse aux Ursulines de Bruxelles, le 27 mai 1731, où son frère Jean-Baptiste y célébra sa première messe. Elle avait pris le nom de soeur Marie-Joseph de Jésus. Elle fut supérieure du monastère de Bruxelles en novembre 1760, juin 1767 et novembre 1779 (1)

1.1.4.6.14.6.4.6.9.9 | Marie-Thérèse Séjournet, ° Ath 28 février 1710, « entre 5 et 6 heures du matin » (susc. : son frère Jacques-Florent-Joseph Séjournet, et sa sœur Marie-Catherine-Joseph Séjournet). Elle fut religieuse Ursuline à Bruxelles, le 12 septembre 1734, sous le nom de soeur Antoine-Thérèse de Saint Joseph.

1.1.4.6.14.6.4.6.9.10 | Marie-Catherine Séjournet, ° Ath 31 mars 1712, y bp. le même jour à Saint-Julien (susc. : Jean-Baptiste Séjournet, et Marie-Isabelle Séjournet, ses frère et soeur.

 

 Sources

SEJ1477/1731 / ANB1880 / LEUR1904, p. 577 / DEN1906 / VER1943 / FOR1976, p. 75 à 77

(1) cfr Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, Tome 77, Bruxelles 1908

p. 218 et 219 | Le 21 novembre 1760, Catherine-Françoise de Laing, fille de Philippe, général et Marie-Anastasie Ennette, a fait ses voeux solennels au monastère de Bruxelles devant M. Vandenboom et la supérieure Marie-Josèphe Séjournet.

p. 225 | Le 15 juin 1767, Thérèse-Amélie Dejchansart, fille de Jean-François et Marie-Catherine Wuilliame, prononce ses voeux personnels au monastère de Bruxelles, devant M. Vandenboom et la supérieure Marie-Josèphe Séjournet.

p. 220 et 221 | Le 25 novembre 1779, Marie-Josèphe Gaussau (Gosseau), fille de Charles et de Jeanne De Valck, prononce ses voeux au monastère de Bruxelles devant M. Mille, député par l’archevêque et devant la supérieure Marie-Josèphe Séjournet.

Livre de raison des Séjournet | tome 1 | LE FIL DU TEMPS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017

Les commentaires sont fermés.