VI Jacques Séjournet

sallet,d'aix,le waitte,laurent,wallet1.1.4.6.14.6 | Jacques Séjournet, °Ath au soir du mardi 19 juillet 1541, † 25 décembre 1606 (ss. Jacques de Saint-Genois, seigneur de Ladeuze, et Nicolas Séjournet, frère audit Franchois et demoiselle Jenne le Jone, femme à Franchois Ghodin, frère à la dite Marguerite et Demoiselle Waudru Malapert, femme à Pierre Moreau). Il fut seigneur de Cantaraine et du Quesnoit, bailli de Manage au Bois. Homme de fief du Hainaut le 12 juillet 1580, échevin d'Ath en 1580-81-82-85-86, mayeur de l'abbaye de Liessies le 6 mars 1586, admis à la bourgeoisie d'Ath le 3 juillet 1587, second bourgmestre d'Ath en 1601. Jacques Séjournet et Louis Farinart (en tant que oncle), ainsi que Jean Zuallart (en tant que maïeur d'Ath et bailli de Silly) assistent Jacques Sallet, seigneur de Warmez, lors de la signature du contrat de mariage passé le 7 juin 1600 devant les hommes de fief de Hainaut avec Marie de le Vielleuze.

Accompagnant un acte de l'hôpital de la Madeleine, daté du 23 novembre 1604 on retrouve son sceau montrant un écu écartelé ; aux 1 et 4 de … à trois anilles, et aux 2 et 3, burelé de … et de … douze pièces, qui est de Montigny. Heaume non couronné. [FOR1976, p. 11, sceau 10]

Il se fiança en la ville d'Ath le 4 avril 1566, avant Pâques, et 

x Ath le 18 juin 1566 Isabeau Sallet ( tome 4 | Ancêtreclopédie 4097), née dans une famille originaire de Poligny en Franche-Comté, qui aurait été anoblie pour faits d'armes en 1487. La famille Sallet est celle qui sous l'orthographe Sallez fut en 1661, anobli en 1661. Isabeau fut la marraine en 1604 de Claire Séjournet. Armes : d'azur à six coquilles d'or 3-2-1. Cimier : un buste d'homme de carnation. Ils eurent cinq enfants, dont Henri, qui suit VII/4.

sallet,d'aix,le waitte,laurent,wallet

1575 avant - Ath (plan de Jacques Deventer)

1.1.4.6.14.6.1 | Jenne Séjournet ( tome 3 | Descendance féminine), ° Ath 20 juillet (le Livre de raison a oublié d’indiquer l’année [SEJ1477/1731] (susc. Franchois Séjournet, père dudit Jacques, et Jacques Sallet son beau frère ; Demoiselle Jenne Sallet, femme à Philippe Procureur dit Haulport, sa tante, et demoiselle Adrienne Sallet, femme à Honoré Bernart, soeur à ladite Isabeau). D'après le chevalier Parthon, Jenne est née le 20 juillet 1568, x 7 février 1588, Jean Laurent, bailli de Chièvres et Maître d'Hôtel du duc de Croy, fils de Nicolas et de demoiselle Joveneau  LAURENT.

1.1.4.6.14.6.2 | Marie Séjournet, ° Ath 1569, religieuse à l'abbaye de Sainte-Claire, à Lille et « vestue le 3 mai 1594, qui estoit le jour de Sainte Croix ». Elle mourut, à Lille, le 6 mai 1634, âgée de 64 ans, portière de son couvent [DENIS du PEAGE, Religieux-religieuses et chanoinesses de Lille et de la région, tome I, p197, 1928].

1.1.4.6.14.6.3 | Catherine Séjournet, ° Chièvres, dit le livre de raison, qui ne cite, ni la date de sa naissance, ni les noms de ses parrains et marraines. Elle épousa à Ath, en l'église Saint-Julien, le 19 octobre 1631, Jean Wallet, homme de fief de Hainaut, fils d'André et de Marie le Waitte, lequel dit le livre de raison est mort, « sans délaisser génération ». Armes : un chevron, accompagné en chef par une étoile à six rais et un trèfle, et en pointe par une fleur de lys. Selon le chevalier Parthon, Jean Wallet se déshérita, du fief de Laghay, sis à Tongre Saint-Martin près de Chièvres, qui lui était échu par sa femme, à laquelle il donna à titre de compensation, un douaire annuel de 250 livres, et cet acte, selon le chevalier Parthon fut fait en présence de Christophe de le Vingne, de Jacques de Ghislenghien, écuyer, seigneur de Grandchamp, de Jacques Moreau, Henri Séjournet, Jean Le Fébure et Henri Dessus le Moustier, Quintin Wattier, Jehan Marokin et Jacques Vicart, tous féodaux.

Toujours du même, Catherine étant veuve et se sentant malade, testa le 7 février 1650, en choisissant comme exécuteur testamentaire, son neveu Jacques Séjournet. Elle laissa comme héritiers, les hoirs de Henri Séjournet, et fit différents legs, entre autres, cinquante livres l'an à l'église Saint-Julien, pour augmentation de l'obit de Jean Séjournet le premier fondateur de Ia dite église ; â I’hôpital de la Madeleine à Ath, aux Clarisses de Lille; trente-six livres à Catherine Hanot, veuve du seigneur Laurent, sa nièce; à Jacqueline de Germes, sa cousine et à Catherine Grignon, sa filleule, ses bijoux; à Jacques Séjournet, et à Sire Laurent, sa vaisselle d'argent.

C'est d'elle qu'il s'agit, lorsque l'ANB1880 dit qu'elle fut inhumée à Saint-Julien à côté de son ancêtre Jehan Séjournet, sous l'épitaphe suivante faisant suite à celle de Jehan l'aisné

"Cy gist aussi demoiselle Catherine Séjourné, fille de Jacques escuyer, seigr dudit Canteraine et du Quesnoit, qui trépassa, le 5 mars 1650".

Selon l'épitaphier de Maloteau, dit le chevalier Parthon, on y lisait « noble demoiselle ». L'ANB1880 dit que cette Catherine Séjournet aurait épousé en 1627, Pierre William, échevin d'Ath. C'est une erreur, affirme le baron Edgard Forgeur. Pierre William épousa Catherine Séjournet, fille de Jacques, le bailli de Ligne.

1.1.4.6.14.6.4 | Henri Séjournet , qui suit VII

1.1.4.6.14.6.5 | Anne Séjournet, "le cinquième et dernier enfants dudit Jacques, fut né audit Ath, laquelle eut à nome Anne (morte à marier)[SEJ1477/1731]

 

 

 Notice

- le Procureur, dit de Hautport [ANB1870]. Extrait intéressant pour les Séjournet et les moeurs de l'époque | Julien de Hautport, pensionnaire du roi, fils de Philippe et de Jeanne Sallet, fut convoqué avec les autres nobles du Hainaut le 4 août 1600. Il avait épousé à Ath, AnneJeanne de Germes, fille d'Henri et de Marie Séjournet. Ils eurent trois fils. L'aîné, Robert de Torrès de Hautport, s'établit à Séville. Il se fit délivrer par le magistrat d'Ath, sa ville natale, le 10 novembre 1634, un certificat constatant son extraction. Cet acte se termine par la déclaration suivante : « S'estans lesdits de Hautport toujours maintenus en qualité de gentilshommes, joyssans et ayant joy de tous temps des privilèges et franchises dont joyssent aultres nobles du pays de Haynau, portant l'espée, oyseaux, doues sur le poing pour leurs déduits et plaisirs de la chasse, côme nous est appareu par Ires en date du troisième de juing quinze cens quattre vingt dix huict, passé par devant les eschs de la Ville d'Ath, nos prédécesseurs en office, etc...

 

 Iconographie

- Sceau de Jacques Séjournet (23 novembre 1604)

 

 Sources

 SEJ1477/1731 / ANB 1884, p248 / VER1943 / PAR1945 / RUZ / FOR1976

Livre de raison des Séjournet | tome 1 | LE FIL DU TEMPS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017

Les commentaires sont fermés.