IV Joachim Séjournet

de montigny,de ligne,gervaix,flocquière1.1.4.6 | Joachim Séjournet, ° Bétissart, bp Ormeignies 8 octobre 1452, † Ath 24 mai 1527, et enterré en l'église Saint-Julien. Qualifié seigneur de Bétissart le 30 janvier 1483 - avant donc que mourût son père - puis le 29 janvier 1487. Il posséda à Ath et environs pas mal de biens divers, tant censives que fiefs. En 1483, il acquiert sur le terroir du Comte au Vieux Ath, un demi journal d'aunaie, près du bois dénommé « la haye Brégier », et il posséda à Maffles, un fief direct du Comté, consistant en cinq journels trente et une verge de terre, et à Blicquy l'important fief lige du Quesnoit, d'un rapport annuel estimé à 60 livres. Le 17 janvier 1490, il fit, avec ses deux soeurs survivantes, devant les échevins de Valenciennes un partage des biens que possédèrent leurs parents dans la prévôté de Valenciennes. C'est ainsi, qu'il possédait des biens à Wannaing, à Quarouble (commune actuellement en France à sept kilomètres de Valenciennes), et le fief ample de Beaufort. Ce dernier fief était situé à Mastaing lez Bouchain, à dix kilomètres de Valenciennes. 

de montigny,de ligne,gervaix,flocquièreIl eut son sceau d'homme de fief : on y voit l'écu aux 3 anilles de moulin, avec casque couronné, cimier à la tête d'aigle entre vol, et la légende: SEEL JOACHIM SEJOURNET. Il dut être seigneur de Cantaraine, car le 1 avril 1524, il donna cette seigneurie à son fils François.

En 1502, lorsque fut établi un nouveau cartulaire des fiefs du Hainaut, qui donna le dénombrement de Bétissart, il y déclara de tenir de Guillaume de Croy, chevalier, seigneur de Chièvres : « Ung fief liege, nommé la terre et seigneurie de Bétissart, se comprendant en une maison, motte, édifice, grange, estable, bassecourt, encloze, de fosséz, en cens, en rentes d'argent, d'avoine, de chappons, en dépouilles ... de bled, en terres ahanables, préz, bos, yauwes, pastures, gardin, en droits de terraiges courant sur plusieurs héritages en droit de meilleur catel, et en toutte justice et seigneurie haulte, moyenne et basse ». En 1504, il se dessaisit de Bétissart, qui comprenait huit arrières fiefs, au profit des Lhermitte.

Joachim Séjournet fut également échevin d'Ath, du Vieux-Ath et de Brantignies. Il est le premier co-auteur du manuscript du 'Livre de raison', 

x Ath 12 novembre 1477 Jenne de Montigny ( tome 4 | Ancêtreclopédie 16385),† Ath 14 décembre 1521, inh. en l'église Saint-Julien auprès de Fastré, son père, et d’Isabeau ‘bastarde’ (ce mot a été biffé) de Ligne. Armes : burelé d’argent et d’azur de douze pièces. D’après une lettre du comte du Chastel, archives de la famille Séjournet, il s’agit ici de la famille des seigneurs de Montigny Saint-Christophe. La terre de leur nom, passa aux de Lalaing. Elle eut seize enfants, tous nés à Ath, sauf les troisième, quatrième et cinquième, nés à « Bettinsart », tous cités dans le Livre de raison avec leur parrains et parraines, dont François, qui suit V. Neuf de ses enfants moururent en bas âge : un à dix ans, un à onze ans, les sept autres à moins de deux ans et demi. "Constatation effarante", dit Léo Verriest, "et il en fut de même pour le père et le grand-père de Joachim, alors qu'il s'agit de familles ayant vécu dans l'aisance" !

de montigny,de ligne,gervaix,flocquière

1608 | topographie et plan du château de Bétissart

1.1.4.6.1 | Jean Séjournet, ° Ath, bp à Saint-Julien mars 1480, † février 1481, inh. en l'église Saint-Julien devant l'autel de Notre-Dame « emprès le tayon dudit Joachim » (susc. Monseigneur Jean de Trazegnies, seigneur dudit lieu (Ath) de Semeries etc. lors Chastelain Ath et Mr Jean Séjournet ; Mademoiselle Jenne de Trazegnies, fille dudit Seigneur et Mademoiselle Izabeau, b. de Ligne, sa belle-mère).

1.1.4.6.2 | Isabeau Séjournet, ° Ath, bp mercredi 7 juin 1482, † 19 mai 1550, inh. à Saint-Julien, en l'allée entre Saint « Christoffe et Saint Crespin » (susc. Mr Jean Séjournet ; Demoiselle Izabeau, b. de Ligne, et demoiselle Marguerite Séjournet, espeuze à Jean de le Hove, dit Houart, sa cousine), x 1500, Arnoul Gervaix, fils d'Arnoul, seigneur de Valvincourt, et de demoiselle Jenne de Solbroecque, qui était la fille d'Arnold, seigneur de le Cattoire, de Fromenteau et châtelain d'Ath. Isabelle, dit le Livre de raison, eut huit enfants, qui trépassèrent tous !

1.1.4.6.3 | Janet Séjournet, ° Bétissart, bp en l'église Monsr Saint-Ursmer, à Ormeignies en octobre 1483, † en la maison Nicolas Flocquière à Ath, le dimanche 4 août 1522, inh. à l'abbaye de Notre-Dame du Refuge, au « coeur des pater » à Ath (susc. Fastré de Montigny et Arnoul Séjournet ; Marguerite Séjournet, espeuze de Jean de le Hove dit Houart, sa cousine). « Et fut le dit Jannet professe en l'église de Nostre Dame du Gardinet lé Walecourt, en l'an Ve et ung (1501) en juing et celébra sa première messe audit lieu du Gardinet, en octobre VeXVII (1517) ». Cité comme l'aîné dans l'avis de ses père et mère, il ne reçut rien, car il avait reçu sa part dans sa dot, lors de sa profession religieuse.

1.1.4.6.4 | Jacques Séjournet, ° Bétissart « le jour des âmes de 1484 », bp à Ormeignies, † en juillet 1494, inh. à Ath « en la chimetier Monsr Saint Julien derrier le grand autel » (susc. Sire Jacques Pecquart, lors curé d'Ath, et Fastré de Montigny ; Marguerite Séjournet, femme à Jean de le Hove dit Houart).

1.1.4.6.5 | Fastré Séjournet, ° Bétissart 5 avril 1487, le jour de « St Marcque », † en janvier 1498, inh. en « l'attre St Julien » (susc. Jean de Montigny, fils Fastré ; Mademoiselle Izabeau, bastarde de Ligne, et la femme dudit Houard; et Izabeau de le Hamaide a cousine, femme à Ustace de le Hove).

1.1.4.6.6 | Margotine (Marguerite) Séjournet, ° Ath, bp « en les festes de le Pentecouste IIIIxxVII (1487) (susc. Me Jacques Séjourné et Guillaume de Glarges, la dite bâtarde de Ligne, sa belle mère et la femme dudit Houart). « Et se marya la dite Marguerite à Nicolas Flocquière, fils Guillaume en l'an Ve et VI (1506), le premier de septembre et ont heu plusieurs enfans. » Nicolas Fliquier ou Fliquiere est mentionné comme marchand dans deux chirographes athois, l'un du 5 septembre 1522, et l'autre du 1 mars 1532. Dans le premier, il ne peut momentanément honorer une traite de 98 livres de gros de Flandre, qu'il doit à Jehan de Herstelle et Adrien Mulliert, habitant le baillage de Grammont. Jehan, Robert et Hoste Séjournet, interviennent pour la même somme afin d'éviter qu'il ne soit condamné par les échevins de Grammont. Nicolas Fliquier leur donne en gage sa maison à Ath, située près du pont... et tenant à la rivière. Dans le second, il vend les deux tiers de deux maisons et jardin, l'une grande, l'autre petite, contiguës, rue du Marais, tenant par derrière à la rivière; lui venant moitié de don lui fait par Alart Flicquier son frère et 1/3 de son patrimoine, venant de Guillaume Flicquière son père (cf Fonds Ruzette). Marguerite est citée dans l'avis de ses père et mère de 1519 ; il y est dit qu'elle reçu de nombreuses rentes et biens, sis à Belœil, à Bétissart, à Irchonwelz, etc. C’est chez elle que mourut son frère Janet, le moine de l'Ordre de Liteaux. Elle était veuve en janvier 1543.

1.1.4.6.7 | Micquelet Séjournet, ° Ath, bp à Saint-Julien 11 octobre 1488, † 8 février 1489, Inh. au cimetière de Saint-Julien, derrière le grand autel (susc. Jaspard Séjournet, son oncle, Martin de le Haye, dit de Germes ; sa dite belle mère et Jeanne du Harbil, femme à Gilles de le Croix).

1.1.4.6.8 | Jenne Séjournet, ° Ath, bp à Saint-Julien 24 février « an IIIIxxIX », soit le 24 février 1490, selon le style de Pâques, † 27 octobre 1491, à IX heures, « enterrée comme les autres ci-dessus » (susc. P. Jean de Mastain, Monsr Jean de Harchies, chevalier, seigneur de Milaumés, Ester de le Woldre seigneur de Nesse et Me Jacques du Gardin ; sa belle mère, Jeanne de Beghane, femme à Quintin aux Gambes, et demoiselle Marguerite Séjournet femme à Jean de le Hove, dit Houart).

1.1.4.6.9 | Robert Séjournet, ° Ath, bp 13 août 1491, † 10 février « ensuivant » (susc. Jean de le Hove, dit Houart et Quintin aux Gambes ; Mademoiselle Adrienne d'Escalle, viscomtesse de Furne, espeuze à Robert de Melun, lors chastelain d'Ath, et « madite belle mère »).

1.1.4.6.10 | Elaine Séjournet, ° Ath, bp à Saint-Julien 8 février 1493, † 18 mars 1494 (susc. Arnou de Saint Jenois, escuier, Herly de Tilly, lors lieutenant d'Ath, et Mre Pierre Canteraine, son beau frère ; sa dite belle mère, Marguerite, femme audit Jean de le Hove et Demoiselle... d'Offegnies, femme à Guillaume de Glarges).

1.1.4.6.11 | Anthoine Séjournet, ° Ath, bp 13 juin 1494, « Et trépassa, dit le Livre de raison, le 11e jour du mois de juing l'an cincque centz vingt trois (1523) enterré emprès St Crespin» (susc. Gilles de Glarges et Quintin Aux Gambes ; Mademoiselle Jacques de Ladeuze, fille de Monsr de Ladeuze, espeuze à Arnou de Saint Genois; sa dite belle mère et la femme dudit Jean de le Hove). D'après l'avis de ses père et mère de 1519, Antoine reçu entre autres biens, le fief de Beaufort à Mastaing les Bouchain.

1.1.4.6.12 | Jacques Séjournet, ° Ath, bp le dimanche 17 septembre, † 1557 1495 (susc. Messire Pierre Marsigny, curé d'Ath; Mre Jacques Séjournet son cousin, fils d'Estienne, demeurant à Vallenciennes, et Jean le Comte, bourgeois, demeurant audit Vallenciennes ; sa belle mère, et Marguerite Séjournet, sa soeur, femme à Mahieu Fauconnier, bourgeois, demeurant audit Vallenciennes). Jacques, fut ordonné prêtre à Braine le Comte, « le mercredy de la Pentecouste, dit sa première messe à Ath, au grand autel Monsr. St Julien, et fut une basse messe et le mit à l'autel Messire Jacques Séjournet, le joedy 14 novembre 1521 ». Il fut, dit le Livre de raison, doyen et chanoine de Namur, et mourut en cet état en 1557. D'après l'avis de ses père et mère, Jacques le troisième fils eut pour sa part, un fief ample, sis à la seigneurie de Roeth, près de Bouchain. Il hérita, de son cousin germain Louis de Montigny, le 30 avril 1530, du fief du Chasteler.

1.1.4.6.13 | Julianne Séjournet, ° Ath, y bp à Ath 17 juillet 1497, y † 2 mars 1499, enterrée comme les autres dessus, en l'âtre (susc. Damp. Izembart Compère, prévôt et religieux de Liessies, et Guillaume de Glarges ; sa belle mère et la femme dudit Jean de le Hove dit Houart).

1.1.4.6.14 | François Séjournet , qui suit V

1.1.4.6.15 | Julianne Séjournet, ° Ath, y bp le dimanche VIIe février an Ve, soit le 7 février 1501, en tenant compte du style de Pâques, † 14 août 1503 (susc. Ustas de le Hove, Collart Testart et Arnou Gervaix son beau fils ; ladite belle mère et la femme dudit Jean de le Hove dit Houart).

1.1.4.6.16 | Collinet (Nicolas) Séjournet, ° Ath, y bp ‘le Ve de febvrier Ve et deux’, soit le 5 février 1503, † début du mois de mai 1552, inh. en l’église Saint-Julien à Ath (susc. Nicolas d’Assonville, ‘recepveur général du Haynnau’, et Nicolas d’Ostelart ‘recepveur d’Ath’ ; la femme dudit Jean de le Hove, dit Houart, Demoiselle Marguerite Saumon, sa cousine germaine, veuv de de feu Jean Biset, et Isabeau Séjournet ma fille, femme à Arnou Gervais).

Sous les prénoms de Collinet et surtout de Nicolas, il fut à Ath, un important personnage. Il est mentionné dans de nombreux actes athois, que ce soit dans des chirographes, dans les comptes du Massard d’Ath, dans ceux de l’église Saint-Julien ou de la Mambournie des pauvres d’Ath, le chevalier Ruzette [RUZ] en a relevé plus d’une soixantaine, dont il donne chaque fois un résumé.

Collinet fut bourgeois d’Ath, homme de fiefs, échevin d’Ath, sans interruption de 1533 à 1546, échevin de Liessies et d’Arbre, mambourg des biens des Communs pauvres, et surtout un important marchand de drap en gros.

D’après l’avis de ses père et mère de 1519, Collinet le cadet, eut pour sa part : des fiefs amples, sis en la seigneurie de Mgr. de Mastaing ; un second à Ommaing, etc. ainsi que la maison de ses parents, sise près de l’église Saint-Julien, rue de Pintamont à Ath, comprenant de grands édifices, jardins, coulombiers, estables et héritages réédifiés par ses parents après, à la suite de l’incendie du dit Pintamont. [PAR1945]

C'est très probablement une des raisons pour lesquelles Joachim vendit en 1504 aux Lhermite sa seigneurie de Bétissart, devant faire face aux frais de reconstruction de son importante demeure à Ath, estime le baron Edgard Forgeur [FOR1976, p49]. En 1554, Collinet est homme de fief de noble homme Jacques de Saint-Genois, écuyer, seigneur de la Deuse et de Manage au Bois.

Voici toutefois, quelques extraits de chirographes d'Ath, tirés du Fonds Ruzette [RUZ]

- 8 mars 1536 | Nicolas Séjournet demeurant à Ath, époux de Peronne de Ghillenghien, dont enfants, vend XXX livres de rente viagère sur cinq journels de pâture ou l'on dit à Malestoret, tenant au long à la rivière (lui venant partie de son patrimoine, partie d'acquêts).

- 15 janvier 1537 | Il vend LXVI livres de rente viagère sur cinq journels de pâture au jugement d'Ath ou l'on dit Malestoret et tenant du long de la rivière.

- 26 septembre 1537 | Il achète cent vingt verges de terre denommée « la Pasturelle » gisant lez Betinsart, jugement d'Ath, tenant à lui même et au chemin du bois de Ligne.

- 4 décembre 1537 | Nicolas Séjournet bourgeois et marchand demeurant à Ath, a vendu à Fiacre Daras, marchand demeurant à Anvers 62 pièces de toiles blanches, contenant ensemble de longueur, 2284 aulnes à V sous VII deniers l'aulne soit un total de DCXXXVII livres XII sous, à payer à la Noël 1538. Daras lui donne en gage trois journels de terre emprès le Trieu Périlleux, tenant à sire Ernoul Séjournet, au vert chemin allant de Lièssies au Trieu Périlleux (cf Chirographe d'Ath du 4 décembre 1537).

Quelques jours avant son décès, Nicolas, selon deux chirographes datés chacun du 14 mai 1552, fit deux donations, dont voici un extrait [RUZ].

« Voulant faire oeuvre agréable à Dieu pour acquérir héritage perpétuel et étant donné qu'il a pendant longtemps, exercé la mam¬bournie recepte (recette) des biens appartenant aux pauvres de la ville, et sachant leurs biens estre petits au regard du grand nombre d'iceux, fait don à cette oeuvre pour après son décès, de trois journels de terre gisant assez près du lieu que l'on dit au Broecque, en la coupure du Trou a la place. Mambour : François Séjournet son frère. »

« Le même jour, voulant faire oeuvre salutaire et pour respecter le divin service qui se célèbre à la chapelle et autel de Saint Crespin et Crespienne (1) en l'église St Julien, il fait don de C-s- de rente héritière à prendre sur un jardin pourplanté d'arbres contenant un demi bonnier etc... » Il s'en réserve la jouissance de son vivant, à charge pour les confrères de la dite chapelle, de faire célébrer pour son salut et celui de feue demoiselle Peronne de Ghislenghien, qui fut sa femme, comme de tous ses parents et amis tréspassés, et spécialement de feux Jehan de Montigny et de demoiselle Catherine Galland, conjoints, un obit a... et vigiles à trois... Il sera en outre, distribué XII d- à treize pauvres, honneste personne, sept hommes et six femmes. Mambour : Franchois Sejournet, mon frère. »

Nicolas épousa à Ath, le 12 novembre 1527, Péronne de Ghislenghien, † 1543, inh. en l’église Saint-Julien à Ath, fille de Jean de Ghillenghien dit de Neuville et de Jenne le Cuittre. Ils eurent sept enfants, qui suivent :

1.1.4.6.16.1 | Jean Séjournet, °Ath le ‘joedy jour de St Calix, 14 octobre 1529’ (susc. Jean de Ghislenghien, son beau père, et Nicolas Flecquiere, son beau frère; Demoiselle Marguerite de Waudripont femme au Sr de Ladeuze ; Marie Baudifflart (Baudifflart d’après le Livre de raison ; Bondissart d’après l’Annuaire de la Noblesse Belge) sa grand mère et demoiselle Marguerite Ghodin, sa belle soeur). Il fut religieux à l'abbaye de Liessies, « et est mort en son estat ».

1.1.4.6.16.2 | Jannette Séjournet, ° Ath 4 mars 1531 (susc. François Séjournet et Julien de Ghislenghien ; Demoiselle Jenne le Cuittre et Jenne Flècquière). Elle a « enté religieuse à Nazareth, et morte en son estat ».

1.1.4.6.16.3 | Jacques Séjournet, ° 8 octobre 1533, † 23 décembre 1533 (susc. Jacques le Waitte, lors lieutenant d’Ath, et Joachim Taisnier ; Demoiselle Marguerite de Germes, espeuze à Julien de Ghislenghien, et Péronne le Cuittre, femme de Jean de Ghisegnies).

1.1.4.6.16.4 | Isabeau Séjournet, ° 1er juin 1535, † 21 juin 1535 (susc. Jean de Ghislenghien et François Séjournet ; Isabeau de Ghislenghien, femme à Jacques le Waitte, sa tante ; Marguerite de Germes, espeuze à Julien de Ghislenghien)

1.1.4.6.16.5 | Julien Séjournet, ° 18 juillet 1536, † en jeunesse (susc. Julien le Waitte fils Jacques et Jacques de Ghislenghien ; Peronne le Cuittre, vesve de Jean de Ghisegnies et Marguerite de Germes, espeuze à Julien de Ghislenghien).

1.1.4.6.16.6 | Marghotine Séjournet ( tome 3 | Descendance féminine). Le Livre de raison la cite comme leur sixième fille (le baron Edgar Forgeur suppose que l’auteur, - Joachim, a voulu dire leur sixième enfant). Mais, il ne donne, ni sa date de naissance, ni celle de son décès, pas plus du reste que les noms de ses parrain et marraine; il donne toutefois le nom et le prénom de son mari [SEJ1477/1731]. D'après l'Annuaire de la Noblesse de Belgique, anno 1870, page 110, elle décéda le 28 janvier 1601, x Cm 25 avril 1560 Bertrand Dessuslemoustier, en son temps receveur d'Ath et conseiller receveur général des domaines à Ath, en 1559, pour le roi Philippe II, exempt des droits de morte main et de toutes tailles bourgeoise, par lettres de ce Souverain du 27 juillet 1567, mort de la peste au château d'Ath vers la fin du mois de juin 1576. Bertrand était fils de Henri, échevin de Mons en 1531, et de Michèle de Peissant, dame de Noirchain

1.1.4.6.16.7 | Maryette Séjournet ( tome 3 | Descendance féminine). Le Livre de raison la mentionne comme septième et dernière, mais ne donne ni les noms de ses parrains et marraines, ni la date de sa naissance. Il dit qu’elle épousa ‘Maistre’ Henry de Germes desquelz sont venus, Jean, Henry, Maistre Gilles, Jacques, Jenne, Henriette, Marguerite et Adrienne de Germes’ [SEJ1477/1731].

Maître Henry de la Haye dit de Germes, fut receveur de la ville, terre et seigneurie de Leuze, situation qu’il n’avait plus en 1564. Il est mentionné dans plusieurs chirographes athois, notamment des 18 janvier 1559, 5 septembre 1564 et 6 mai 1567, relatifs à des rentes ou ventes de biens. Dans ce dernier acte, il est dit demeurant à Ath.

En 1559, Marie Séjournet et Maître Henry de Germes son mari firent relief du fief de la Ramonnerie, devant Pierre Carbon bailly de Silly. D’après le chevalier Parthon, elle paraît en 1589 comme veuve, au dénombrement des fiefs et arrières fiefs de la pairie de Silly ; et selon le comte du Chastel, Marie Séjournet est l’ancêtre de tous les du Chastel de la Howarderie.

 

 Notices

de MONTIGNY | D'après une lettre du comte du Chastel, archives de la famille Séjournet, il s'agit ici de la famille des seigneurs de Montigny Saint-Christophe. La terre de leur nom passa aux Lalaing.

L’HERMITE | Le premier Lhermitte, seigneur de Bétissart, Martin, décéda à Anvers le 1er juillet 1529. Son fils Symon, échevin d’Anvers, lui succéda et décéda à son tour en 1567, laissant neuf enfants dont Martin, qui hérita de Bétissart. Le dernier Lhermitte à être seigneur de Bétissart est Antoine, mort le 9 novembre 1661. Sa veuve, Marie-Jeanne Dennetières, épouse, en secondes noces, le 3 août 1668, Ferdinand Alfonse d’Assignies, écuyer, qui acheta Bétissart en juillet 1682. Celui-ci mourut le 28 octobre 1692. Son fils Ferdinand prend la relève. La seigneurie passa ensuite, par Marie-Françoise d'Asssignies, à la famille de Corswarem, par son mariage avec Louis-Félix de Corswarem, colonel d'infanterie. Le fils de ce dernier, issu d'un premier mariage, fut l'avant-dernier seigneur de Bétissart : Alexandre-Auguste, mort le 28 février 1792. Son fils héritier Guillaume-Joseph clôture la liste des seigneurs de Bétissart.

de GHISLENGHIEN (ou de Ghillenghien) | Famille du comté de Hainaut, qui porte comme armoiries, d’or à la bande de gueules, à la bordure engrelée de sable. A une brisure près, ces armes sont celles de la Maison de Ligne [FOR1976, p50]

ABBAYE DU JARDINET | Sise à Walcourt (province de Namur), elle fut d'abord un monastère de religieuses, puis de moines de l'ordre de Liteaux. Cette maison religieuse, établie au XIII° siècle, fut pillée et incendiée en 1793.

FLOCQUIÈRE | D'après le Livre de raison, Fliquier ou Flicquiere, d'après les chirographes d'Ath, Fluquiers (cf ANB1880). Famille athoise descendant de marchands drapiers. Déjà en 1447-1465 Colart Fleckiere (alias Fliquière) est mentionné comme marchand drapier. Il y eut à Ath, une importante industrie drapière. Voici quelques noms de marchand drapiers athois : l'Anne Pierard, 1376-1379 - de Canteraine Jehan, 1384-87-91-98 et 1399 - Le Louchier Thomas, 1405-1409-1417-1422 et 23 - de le Plancque Julien, 1447-57 - le Bosquillon Thumas, 1447¬1457 - Tezin Pierart, 1449-52 - du Quesne Watier, 1454-1456 - le Bosquillon Jakemart, 1456-1485 - Séjournet Thitus, 1486-1505 - Ponthieu Jehan, 1487-1503 - Séjournet Hostelet (puis Oste), 1502-1522 - Séjournet Mathieu, 1511-1518 - Meurant Jehan, 1519¬1521-1523-1568 - Marotkin Jacques, 1541-1574, etc. [VER1943B]

DESSUSLEMOUSTIER | Armes : d'argent à deux bandes de sable. Cimier : un buste de more tortillé d'argent et habillé aux armes de l'écu. Famille originaire de la Flandre, et connue anciennement, sous le nom de Bovekercke. Elle s'établit au début du XV° siècle dans le comté de Hainaut où elle occupa depuis lors une position distinguée. Dès 1424, elle donne plusieurs échevins à la Ville de Mons. Au sujet de la descendance des époux Dessuslemoustier-Séjournet, le Livre de raison dit textuellement ceci : « Laditte Marguerite a epousé Bertrand Dessuslemoustier en son temps recepveur d'Ath, desquels viennent, Henry, Pierre, Bertrand, Jenne femme à Pierre Wallet, desquels y a beaucoup d'enffans; et Marie Dessuslemoustier. »

Suivant l’ANB1870, p. 110 | 1° Pierre mort en 1634, ayant épousé Jenne de Hautport, fille unique de Jean et de Catherine Lefebvre dit Boucharda 2° Bertrand, prêtre et bachelier en théologie; 3° Henri, prêtre et 40 Jeanne, mariée à Pierre Wallet, sans enfants [SEJ1477/1731] [FOR1976, p53 et 54] .

de GERMES | Armes : d'or à la bande engrêlée de gueules, chargée de trois besants d'or et accompagnés de six rencontres de bœuf de sable, posées en orle [CHA, II p100] [FOR1976, p54]

 

 Sources

SEJ1477/1731 / SEJ / ANB1870 / ANB1880 / FOR1976

Livre de raison des Séjournet | tome 1 | LE FIL DU TEMPS Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017

Les commentaires sont fermés.